Treize sites de rencontre mis en demeure par la CNIL

Le gendarme d’Internet pointe des manquements dans le recueil d’informations sensibles sur leurs clients.

Le Monde | 29.07.2015 à 06h39 • Mis a jour le 29.07.2015 à 11h42

Huit entreprises proprietaires de 13 sites de rencontre sur Internet, dont Meetic ou Attractive World, ont ete mises en demeure, mardi 28 juillet, par la Commission nationale de l’informatique et des libertes (CNIL) de modifier leur pratique concernant notamment le recueil d’informations sensibles sur leurs clients. Parmi les autres sites epingles figurent Adopte un mec, Easyflirt, Rencontre obese, Destidyll, Force Gay, Mektoube, JDream, Feuj World, Marmite love, Gauche rencontre et Celibest.

La CNIL avait inscrit ces controles a son programme annuel en 2014 apres avoir constate le nombre important des utilisateurs de ces sites et la quantite de donnees sensibles, voire intimes, traitees par ces entreprises. En moyenne, huit manquements a la loi informatique et liberte ont ete constates dans chacune des huit societes gestionnaires, a precise la CNIL a l’AFP.

Le premier constat du gendarme d’Internet porte sur l’extreme sensibilite des informations fournies par les clients des sites de rencontre. « La plupart des sites proposent a leurs utilisateurs une recherche de partenaires tres ciblee, par communaute sociale, ethnique ou religieuse, par localisation geographique, en fonction de l’appartenance physique, des pratiques sexuelles ou des opinions politiques », explique la CNIL. Or, souligne la commission, « ces sites ne recueillent pas le consentement expres des personnes pour la collecte de donnees sensibles ».

« Il est important que les internautes aient conscience de la protection attachee a ces donnees qui relevent des elements clefs de leur intimite », poursuit la commission, qui suggere aux sites la mise en place d’une « case a cocher permettant aux internautes de se rendre compte de la sensibilite des donnees qu’ils renseignent ».

Parmi les autres griefs, la CNIL reproche a ces entreprises de ne pas proceder « a la suppression des donnees des membres ayant demande leur desinscription ou ayant cesse d’utiliser leur compte depuis une longue duree » ou de mettre en ?uvre des fichiers pour exclure des personnes du service sans leur avoir demande auparavant l’autorisation.

Elle les accuse enfin « de ne pas informer correctement les internautes de leurs droits ainsi que des conditions dans lesquelles des cookies sont deposes sur leur ordinateur ». Outre les mises en demeures auxquelles les huit societes ont trois mois pour se conformer, la CNIL a mis en place sur son site une fiche pratique a destination de leurs clients pour les aider a mieux proteger leur intimite.

« La securite de nos donnees a toujours ete une de nos preoccupations principales », a immediatement reagi aupres de l’AFP Alexandre Lubot, directeur general du groupe Meetic, pour qui les recommandations de la CNIL relevent plus « du perfectionnement que du manquement ». « On est confiant sur la qualite de notre dispositif et l’on a toujours respecte nos clients, mais on va bien sur entamer un dialogue avec la CNIL pour perfectionner encore notre service ».

En Amerique du Nord, le site de rencontres adulteres Ashley Madison a recemment subi un piratage d’ampleur : des pirates ont menace, en juillet, de reveler l’identite et les fantasmes de ses 37 millions d’abonnes.

Le monde abonnements Profitez du journal ou et quand vous voulez. Abonnements papier, offres 100 % numeriques sur Web et tablette.

Thematiques

  • Mobilite (805)
  • Territoires (632)
  • Interfaces (601)
  • Medias (565)
  • Confiance et securite (523)
  • Economie et marches (451)
  • Education et formation (417)
  • eDemocratie (405)
  • Innovation, RD (334)
  • Jeu (305)
  • (. )

Librairie

  • Notre selection de livres
  • 25/02/2013
  • Xavier de la Porte
  • Articles

La lecture de la semaine provient encore une fois de The Atlantic (@TheAtlantic) et de l’excellent Alexis Madrigal (@alexismadrigal), qui revient sur une discussion qui a pas mal agite les specialistes des technologies americains ces dernieres semaines, autour du numerique et des rencontres amoureuses. L’article de Madrigal s’intitule « Il n’y a pas de preuve que les rencontres en ligne menacent l’engagement et le mariage ».

Madrigal ecrit son papier en reponse a un article publie dans la version papier de The Atlantic, article de Dan Slater qui postulait que les sites de rencontres menacent la monogamie (et adapte de son livre L’amour au temps des algorithmes). A partir de l’exemple de Jacob, un heterosexuel blanc un peu beauf qui accuse les sites de rencontres de l’empecher de rencontrer la femme de sa vie, cet article developpait une theorie selon laquelle les sites de rencontre multiplient les possibles amoureux, que la multiplicite des possibles rend insatisfait et rend plus complique l’engagement dans une relation stable. Et si Internet rendait la rencontre trop facile ? Et s’il etait un facteur de l’instabilite amoureuse ?

Image : une infographie sur les qualites que les femmes preferent chez les hommes dans les profils de sites de rencontres, extraite de Graphs.net.

Alexis Madrigal est, on le sent, un peu enerve par cette argumentation. Et il entreprend de la demonter pied a pied.

1 – Selon lui, cette argumentation sert les proprietaires de ces sites qui, s’ils cherchent a attirer des gens a la recherche d’une relation durable, ont tout interet, du point de vue marketing, a entretenir l’idee que ces sites fonctionnent tellement bien qu’on y fait facilement des rencontres, qu’on s’y amuse tellement, qu’on a envie de passer de relation en relation.

2 – Par ailleurs, Madrigal dit qu’on a tres peu de chiffres credibles pour avaliser la theorie de Slater, et meme que les etudes disponibles tendraient a prouver l’inverse. Par exemple, on observe depuis 30 ans une baisse des divorces la population qui utilise le plus assidument les technologies, c’est-a-dire les gens aises et en bonne sante. Ensuite, une etude datee de 2008 (.pdf) s’est interessee au fait de savoir si l’internet aidait les gens a trouver des partenaires. Elle concluait qu’internet profitait davantage a ceux qui etaient dans des zones de recherche plus etroites (de par la geographie, l’age…), qu’internet participait donc a l’augmentation du taux de mariage dans ces populations. L’etude concluait par ailleurs qu’il n’y avait pas de difference entre couples s’etant rencontres en ligne ou hors-ligne.

3 – Il est tres probable que le « marche amoureux » soit bouleverse par bien d’autres parametres que l’introduction des technologies. Par exemple, ce meme papier de 2008 expliquait que les changements les plus importants dans la vie amoureuse americaine etaient a mettre au credit des espaces de travail mixtes, de plus en plus de gens travaillant dans des lieux ou ils sont plus susceptibles de faire des rencontres. Et il faudrait reflechir, ajoute Madrigal, aux consequences des changements des normes de genre, aux evolutions dues a la crise economique, aux lieux d’habitation des gens dont les mariages durent, au le poids de la religion dans tout ca – poids declinant de l’Eglise et montee en puissance de la ferveur evangeliste -, a l’acceptation des naissances hors mariage, mais aussi de l’homosexualite, en particulier chez les jeunes… Tout cela pourrait avoir une influence forte sur la maniere dont les gens se rencontrent et tombent amoureux.

Conclusion de Madrigal, et elle est valable pour bien d’autres champs que la rencontre amoureuse : « Si vous etes sur le point de developper une argumentation bien deterministe, vous avez interet a avoir des preuves que c’est bien la technologie qui en est l’acteur. A tout moment, dans notre vieux monde, de nombreux changements ont lieu tout doucement, en catimini. Et soudain, dans ce monde apparait une nouveaute etincelante : la technologie ! Et des gens – les intervenants des conferences TED, des adolescents qui font du skate-board, des entrepreneurs, un grand-pere, des publicitaires, des charcutiers, des comptables – se levent au milieu du tourbillon blanc de l’avenir qui se rapproche, ils regardent au loin et disent : « Cette technologie change tout ! ». Identifiee comme la seule vraie cause de tout ce qui se passe de mauvais ou de bon a notre epoque, la magie technologique semble tout expliquer. Bien sur que la technologie a des impacts, dit Madrigal. Certains types de technologies, comme le nucleaire par exemple, contiennent en eux-memes de la politique. Certains systemes technologiques, comme le reseau electrique ou celui de la telephonie mobile, facilitent grandement certains types de comportement, et rendent d’autres plus difficiles. Une technologie peut, a parti d’un certain nombre d’interactions, produire un certain type de resultat. On peut donc dire que, dans un certain sens, une technologie cherche un resultat. Le reseau electrique cherche a ce que vous vous branchiez. Les proprietaires de Facebook cherchent a ce que postiez plus de photos, ils creent des outils – techniques et statistiques – pour que cela vous soit plus facile. Mais, si vous vous ne parlez plus avec vos cousins parce qu’il plus facile d’ecrire un statut FB que de passer un coup de fil, il n’est pas juste que c’est parce que FB vous y a pousse. Si vous ne lisez plus de roman parce que vous trouvez Twitter plus attirant, ce n’est pas Twitter qui vous y a pousse. Peut-etre preferez-vous l’actualite en temps reel aux s?urs Bronte, quoi qu’en dise l’image que vous avez de vous-memes.

Peut-etre Jabob ne veut-il pas se marier. Peut-etre veut-il se bourrer la gueule, baiser, regarder le base-ball a la tele et ne jamais avoir a faire a la profondeur d’une vraie relation. Ok Jacob, bonne chance. Mais ca ne fait pas des sites de rencontre une force ineluctable dechirant le ciel du romantisme. C’est juste le moyen pour Jacob d’atteindre sa fin, et le bouc-emissaire commode pour justifier des comportements qui, autrement, le meneraient a s’autodenigrer. »

“Xavier de la Porte (@xporte), producteur de l’emission Place de la Toile sur France Culture, realise chaque semaine une interessante lecture d’un article de l’actualite dans le cadre de son emission.

L’emission du 23 fevrier 2013 etait consacree a une histoire politique de l’internet, de la Guerre froide aux controverses climatiques en compagnie de Paul N. Edwards, professeur a l’universite du Michigan ou il travaille sur l’histoire des technologies et de l’information, et notamment sur les liens entre les donnees climatiques et la modelisation climatique.

Les donnees suffisent-elles pour piloter la ville ?

Bonnes vacances et a bientot !

Vers l’intelligence etendue ?

Suede : que construisent les services publics numeriques ?

3 commentaires

ca fait du bien de lire des critiques sur la technologie et ses mirages ??

There are actually some fascinating points in time in this post but I don’t know if I see all of them center to heart. There is some validity but I will take hold opinion until I look into it further. Wonderful write-up , thanks and we want even more! Added to FeedBurner at the same time

ca m’a fait beaucoup de plaisir de lire votre erticle et de savoir les critiques sur les rencontres en ligne. Toute choses a de bon et de mauvais cote. Les rencontres sur internet avantages beaucoup car il promet divers types de personnes mais il faut aussi se mefier des arnaques et des mensonges.